Pathologies : hiver et déprime

Quand le brouillard se fait épais, que les jours raccourcissent et que le froid, la pluie, la neige nous envahissent, il est difficile de se mobiliser pour sortir se promener et notre activité ralentit. Cette période est souvent la cause de dépressions saisonnières « le blues de l’hiver », qui frappent massivement les Finlandais lors des hivers polaires.
Le moral au plus bas, nous sommes encore plus démunis face aux microbes qui nous guettent au détour des rues ventées et au coup de froid serrant nos gorges et liquéfiant nos nez. Qui dit bonne humeur, dit bonne santé !

Noir c’est noir …

La diminution de la luminosité due au raccourcissement des jours et la grisaille climatique sont à l’origine de ces troubles affectifs saisonniers. Ils se manifestent par une profonde tristesse, augmentation de l’appétit, envie irrésistible de féculents et de sucres, manque d’intérêt, fatigue générale, difficultés à se concentrer, isolement, et quelques idées bien noires.
Une consultation médicale est indispensable pour déterminer le type de dépression dont vous souffrez et confirmer le diagnostic de dépression saisonnière.
Car un homme sur huit et une femme sur cinq souffre de dépression à un moment de leur vie mais les dépressions saisonnières sont liées très précisément à une variation de production de mélatonine. Cette hormone secrétée par notre corps dépend de l’exposition de celui ci au soleil. C’est pourquoi la luminothérapie et la photothérapie (Des lampes, des écrans lumineux qui produisent une quantité de lumière suffisante, utilisés depuis longtemps par la Finlande) permettent de lutter efficacement contre la dépression saisonnière. Il y a le traitement naturel : se promener tous les jours même si le soleil est caché (la luminosité diurne suffit) pour faire le plein d’énergie. Puis le traitement artificiel : des bains de lumière pour lutter contre la grisaille et l’obscurité.

Il y a photo !

En été nous sommes exposés à une luminosité atteignant 100 000 lux. En hiver elle peut chuter à 1000 lux et dans notre appartement elle atteint 500 lux. Notre organisme qui a besoin de 2000 lux supporte mal ce déficit qui se traduit chez 2 à 3% de la population par une dépression saisonnière. En 2 ou 3 jours une amélioration peut être obtenue en se plaçant devant un écran lumineux de 2500 lux durant 2 heures (aucun dosage plus intense durant une période plus courte) Si le résultat est probant, on doit poursuivre l’exposition (on n’accumule pas la lumière !) Par contre sans résultat, il est inutile de poursuivre cette exposition. Cela ne vous empêche pas de profiter de la montagne et des randonnées hivernales.

D’abord le refroidissement

Mal couvert, pris dans les courants d’air ou en contact avec votre meilleur ami particulièrement « atteint », vous avez des frissons, le nez pris, mal à la tête. Lorsque l’organisme réagit à l’agression d’une infection, il manifeste son action par de la fièvre et si celle ci persiste plus de 3 jours, il est indispensable de consulter votre médecin. Les médicaments à base d’aspirine, paracétamol ou d’ibuprofène peuvent être conseillés dans un premier temps par votre pharmacien, dans certains cas.

Dès les premiers symptômes de la grippe, une dose d’oscillococcinum 2 à 3 fois avec des intervalles de 6 heures peut être efficace. En prévention, on peut prendre une dose par semaine pendant la période d’épidémie. Les manifestations désagréables comme rhume, écoulement nasal, qui font partie de ces pathologies hivernales fréquentes et bénignes, peuvent être soulagées par des formules complètes alliant un anti-fièvre, de la vitamine C et une molécule luttant contre l’écoulement nasal et les éternuements.

Ne pas oublier de s’alimenter correctement en période hivernale (fruits, légumes, agrumes..), sachant qu’une petite cure de vitamine C permet de fortifier votre organisme.(ne pas dépasser 1g par jour sans avis médical).

Puis la gorge

Lorsque votre mal de gorge s’accompagne de fièvre ou d’une altération quelconque de votre état général, augmentation de volume des ganglions du cou, consultez votre médecin car vous avez peut être une infection du pharynx ou une angine, maladie contagieuse dont la durée d’incubation est de 2 à 4 jours. Outre les médicaments contre la douleur votre médecin vous prescrira alors un traitement particulier qui dépend essentiellement du germe qui vous affecte. Par contre, votre gorge pique, gratte et cela depuis peu, demandez conseil à votre pharmacien.
Il vous donnera en fonction de vos besoins ou préférences des antiseptiques sous forme de pastilles ou de collutoires dans le but de diminuer l’infection, avec un anesthésique local pour apaiser la douleur. Quelquefois ces produits comprennent un anti-inflammatoire et des adoucissants pour soulager vos muqueuses attaquées. C’est le cas de Codétricine, qui allie un antibiotique de contact et adoucit la gorge par la gomme arabique qu’elle contient et par ses extraits de Grindélia. Une autre forme contient de la vitamine C pour renforcer les défenses immunitaires et aider à la cicatrisation ainsi qu’un anesthésique de contact pour atténuer la douleur.
Ces produits sont efficaces mais ne sont que des compléments à des traitements plus complets tels des suppositoires.
En gargarismes adoucissants externes, pour les adeptes de phytothérapie, vous pouvez utiliser une infusion de sauge (adoucissante) et de thym (antiseptique). Dans tous les cas vous devez boire abondamment et manger plus léger…
Sachez qu’à l’heure actuelle toutes les formes thérapeutiques existent sans sucre pour les personnes devant suivre un régime.

Puis les poumons…

La toux n’est pas un phénomène naturel et doit être prise au sérieux : il faut consulter votre médecin quand elle dure plus de 7 jours malgré des médicaments, et lorsque il y a fièvre, amaigrissement, douleur au thorax, asthme ou lors d’expectorations suspectes. Le deuxième principe est de faire la distinction lorsque votre toux est sèche, irritante ou lorsqu’elle est grasse avec expectorations.

La toux grasse est qualifiée d’utile puisqu’elle sert à désencombrer les poumons et doit donc être respectée et aidée par des sirops fluidifiants.
A l’heure actuelle les sirops expectorants ont des goûts agréables et se présentent sous forme liquide ou en sachets doses, avec toujours des formes sans sucre pour les adultes et les enfants.

La toux sèche est souvent due à une irritation de la gorge et des bronches et un sirop antitussif la calmera surtout lors d’épisodes nocturnes toujours très fatiguants.

Josette Prim