L’hypertension?: un ennemi silencieux à suivre de près

Alors que 11,5 millions de personnes en France sont soignées pour l’hypertension, plusieurs millions d’hypertendus s’ignorent encore. Cette maladie silencieuse est pourtant la principale cause de maladies cardio-vasculaires, première cause de mortalité. Surveiller sa tension est donc recommandé ainsi que prendre de bonnes résolutions d’hygiène de vie pour prévenir ses attaques.

Hypertension artérielle

Moins d’un français sur deux a conscience que l’hypertension est une maladie dangereuse et sait qu’il existe un lien entre l’hypertension artérielle et l’infarctus ! ce manque d’information s’explique par une méconnaissance du rôle important que joue la tension artérielle sur notre organisme.

Tension et cœur : des alliés indissociables

La tension artérielle est le résultat de la pression qu’insuffle le cœur au sang et de la résistance des parois de nos vaisseaux. Le cœur doit exercer une pression en fonction de l’état des vaisseaux. S’ils sont rigides et rétrécis (en cas d’athérosclérose), le cœur est obligé de pousser fort, d’augmenter son travail de pompe et va donc s’user prématurément. L’hypertension se manifeste donc quand la pression sur les parois est trop intense lors du passage du sang, fatiguant plus rapidement le cœur et provoquant à long terme l’épaississement des artères. Cette élévation de la pression artérielle est donc un grave facteur de risque cardio-vasculaire.

Nous sommes de plus en plus nombreux à être concernés par cette pathologie car sa prévalence augmente avec l’âge (70 % des hypertendus ont plus de 60 ans), le vieillissement de notre population va donner une augmentation sensible du nombre d’hypertendus.

Débusquer l’ennemi

Sachant que cette maladie est sans symptôme particulier, il faut être très attentif à traquer les manifestations qui peuvent nous mettre en alerte : maux de tête, palpitations, bourdonnements d’oreilles, vertiges, saignements de nez, confusion ou somnolence, fourmillements dans les mains ou les pieds. Il est donc important de réaliser un contrôle de la tension au moins une fois par an à partir de l’âge de 40 ans. De plus, si l’un des parents est soigné pour une hypertension avant l’âge de 50 ans, le dépistage annuel vous est recommandé dès l’âge de 30 ans.

Sachez que les maladies cardio-vasculaires tuent davantage de femmes que d’hommes : 89?000 femmes/an contre 76?000 hommes/an

Primaire ou secondaire ?

Dans plus de 90 % des cas, l’hypertension artérielle est une pathologie chronique essentielle : sa cause précise d’apparition est inconnue. On parle alors d’hypertension artérielle primaire dont les causes sont essentiellement génétiques. Mais certaines causes secondaires peuvent être à l’origine d’hypertension en présence de symptômes caractéristiques. Cette hypertension artérielle appelée secondaire peut survenir à cause de différents facteurs :

  • des médicaments (certains antimigraineux et anti-inflammatoires, des traitements par cortisone, la pilule contraceptive),
  • un trouble hormonal,
  • une atteinte du rein,
  • la consommation excessive de suc de réglisse.

Ne prenez pas de risques !

L’altération des artères du corps due à l’hypertension favorise le risque de maladies graves comme l’insuffisance cardiaque, l’infarctus du myocarde, l’infarctus cérébral, l’angine de poitrine, l’artérite des membres inférieurs (avec risque d’amputation lorsqu’une artère des jambes se bouche), l’insuffisance rénale et enfin des lésions à la rétine (pouvant aller jusqu’à la perte totale de la vue). De plus, l’hypertension interfère sur le débit sanguin du cerveau ce qui peut se traduire par des troubles de l’équilibre ou des maux de tête et perturbe le fonctionnement des reins, d’où une épuration insuffisante des déchets du corps. Ce n’est pas anodin !

P10

Vous êtes encore plus concernés !

La tension augmente avec l’âge car nos artères se rigidifient. Pour les personnes de plus de 65 ans, la pression artérielle à 150/90 mmHg est tolérée, s’il n’y a pas d’autres facteurs de risque cardio-
vasculaire.
Si vous êtes diabétique, évitez de dépasser une tension de 130 mmHg pour la maxima et de 80 mmHg pour la minima afin de limiter le plus possible le risque cardiovasculaire, c’est une priorité absolue pour votre santé !
À la ménopause, l’hypertension artérielle devient plus fréquente chez la femme. Les femmes enceintes souffrant d’hypertension doivent se soumettre à des visites et des échographies plus régulières avec des contrôles très stricts.

Ne pas oublier

Il est de plus fortement déconseillé de pratiquer toute automédication dès lors qu’on suit un traitement anti-hypertenseur (demandez toujours conseil à votre médecin ou à votre pharmacien). Par exemple, l’aspirine ou les anti-inflammatoires que vous pourriez prendre pour vos douleurs risquent de diminuer l’effet de certains médicaments anti-hypertenseurs. De même la prise de décongestionnants nasaux vasoconstricteurs, d’anti-migraineux, de contraceptifs oraux et de pansements gastriques ou intestinaux nécessitent l’avis d’un professionnel !

Des traitements a suivre absolument

Il existe plusieurs classes de médicaments anti-hypertenseurs qui permettent de normaliser les chiffres de l’hypertension et de réduire les risques cardio-vasculaires. Notamment les diurétiques, les bêtabloquants dont le traitement ne doit surtout pas être interrompu brutalement, les inhibiteurs calciques et les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC)…

Prenez vos médicaments régulièrement et n’arrêtez pas le traitement de votre propre initiative : dans 90?% des cas, cet arrêt est synonyme d’un retour de l’hypertension… Un traitement antihypertenseur a de fortes chances d’être pris toute la vie?! En outre, quand on les arrête brusquement, certains médicaments contre la tension peuvent provoquer des effets indésirables.

Les personnes à risques

Si vous avez plus de 50 ans, si vous avez du diabète ou vous avez trop de cholestérol, si vous êtes enceinte ou si vos parents étaient eux-mêmes hypertendus, redoublez de vigilance !

L’auto-mesure : la véritable arme de défense !

L’auto-mesure de la tension est cruciale dans la prise en charge de l’hypertension. Si une hypertension est diagnostiquée, il est recommandé de suivre régulièrement votre tension : notez les valeurs obtenues et faites en part à votre médecin au cours de votre consultation. Elle permet aussi d’évaluer l’efficacité du traitement antihypertenseur qui vous a été prescrit.

Restez vigilants !

Votre pharmacien est là pour vous aider et vous rappeler qu’un traitement hypotenseur adapté et suivi réduit de moitié le risque d’accident cardiovasculaire cérébral et de plus d’un tiers le risque d’infarctus !

Un appareil homologué

Votre pharmacien vous aide à choisir un appareil d’auto-mesure validé et adapté à votre situation. Il est conseillé d’opter pour un tensiomètre avec un brassard adapté au bras dont l’utilisation est la plus fiable. Les tensiomètres sur le poignet sont plus faciles à utiliser mais il est indispensable que le poignet soit à la hauteur du cœur lorsque la mesure est effectuée toujours en position assise. Les tensiomètres positionnés sur le doigt ne sont pas fiables et sont à éviter. Utilisez votre appareil en position assise, après 5 minutes de repos. Le matin avant le petit-déjeuner, puis le soir entre le dîner et le coucher en réalisant une série de trois mesures consécutives en quelques minutes.

 

 

 

Les chiffres

La tension artérielle se donne à l’aide de 2 chiffres qui définissent la pression maximale (la contraction du cœur, dite systolique) et minimale (mesurée dans l’intervalle qui sépare deux contractions du cœur et qu’on appelle diastolique).
La tension optimale est de 120/80 mm de mercure. L’hypertension est définie à partir de 140 millimètres de mercure (14 dans le langage courant) pour la pression artérielle systolique et de 90 millimètres de mercure (9 dans le langage courant) pour la pression artérielle diastolique. Mais attention, ce diagnostic peut être posé uniquement lorsque cette mesure a été constatée à différentes reprises et par un médecin.

Josette Prim

Share on Facebook8Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone