La Gorge Rouge

Cela gratte, cela pique, cela brûle, votre gorge vous fait mal. C’est le symptôme d’une pathologie (refroidissement, angine, pharyngite) qui se manifeste par cet état douloureux et inflammatoire.
Virus ou bactéries, enfant ou adulte, le contexte doit être bien ciblé pour agir efficacement et ne pas négliger des complications sérieuses.

La cause des maux de gorge est la plupart du temps virale, liée au refroidissement (avec la fièvre, le rhume notamment). On estime qu’il y aurait environ 200 virus différents pouvant provoquer un refroidissement et donc un mal de gorge ! Enfin dans certains cas les maux de gorge peuvent être causés par des bactéries. Dans ce cas et après un diagnostic médical, le médecin pourra prescrire des antibiotiques. Comment établir cette origine ? Aujourd’hui, des tests diagnostiques rapides (Streptotest TDR) permettent de mettre en évidence les angines à streptocoque ; si le médecin en dispose, il peut différencier une atteinte virale et bactérienne avec certitude, et le cas échéant prescrire un antibiotique spécifique.

Casser la voix

Si votre gorge picote beaucoup et vous gêne au point de racler, et que votre voix devient caverneuse, il y a de fortes chances pour que ce soit une laryngite. Le larynx peut être irrité par la consommation de tabac et d’alcool, mais aussi en faisant trop travailler votre voix : ce sont les laryngites catarrhales. Parfois le responsable est votre environnement, humidité, air conditionné et pollution souvent en cause, cumulés avec le froid et la fatigue : ce sont les laryngite grippales. Le traitement est simple : repos vocal obligatoire et anti-inflammatoires. Les aliments et liquides ne passant pas par le larynx, seuls les aérosols qui se déposent en fin brouillard agissent efficacement.

Du mal à avaler

Elle est caractérisée par les maux de gorge et une douleur à la déglutition. Si vous avez juste mal sans fièvre ni ganglions ni écoulements, ce n’est peut-être qu’une inflammation du pharynx, situé au-dessus de la gorge, due à un virus, à une allergie ou à un produit irritant. Votre pharmacien vous conseillera des collutoires, des pastilles et des pâtes, traitements locaux qui doivent être pris loin des repas et plusieurs fois par jour car ils altèrent le goût et peuvent gêner la déglutition.

Des amygdales enflammées

Observez la couleur de votre gorge : si elle devient douloureuse et rouge, si vous avez de la température et des ganglions, des amygdales gonflées et enflammées, il s’agit d’une angine. Souvent accompagnée de fatigue et de frissons, cette maladie est due à un virus (virus du corryza ou de la grippe) ou à une bactérie (le plus souvent à un streptoccoque) mais jamais due à « un coup de froid ». La consultation chez un médecin s’impose, surtout s’il s’agit de votre enfant, car les angines mal soignées peuvent évoluer vers des complications graves. L’angine à streptoccoques peut évoluer vers des rhumatismes articulaires aïgus pouvant occasionner des troubles cardiaques ou une atteinte rénale. Dans ce cas, votre médecin vous prescrira un traitement antibiotique. Soyez attentifs à bien respecter la durée du traitement même si les symptômes s’atténuent ou disparaissent.

Les traitements conseils

Ils sont bien sûr en relation avec le type de mal de gorge et son origine. En cas de mal de gorge récent, votre pharmacien vous conseillera des médicaments à base d’un anesthésique local associé à un antiseptique, ces médicaments souvent pris en comprimés à sucer ou en gargarisme vont notamment permettre de calmer la douleur et de désinfecter les muqueuses de la gorge. Il existe aussi des antalgiques, comme ceux à base de paracétamol, d’ibuprofène ou d’aspirine qui permettent surtout de compléter la thérapie en cas de douleur, de fièvre ou d’inflammation liées aux maux de gorge.

Mais n’oublions pas l’homéopathie qui n’a ni contre-indications ni effets secondaires et peut être administrée à tous (même les enfants de moins de 6 ans en dissolvant les comprimés dans l’eau). Certaines formules agissent à la fois sur tous les mécanismes inflammatoires (douleur, chaleur, rougeur et congestion).

Pour la gorge rouge des enfants

C’est la rhino-pharyngite qui est la complication la plus courante chez l’enfant surtout lorsqu’il fréquente les crèches et l’école. C’est la proximité du rhino-pharynx qui permet aux microbes d’aller vers la gorge pour apporter inflammation et infection. Le nettoyage des fosses nasales par des lavages avec du sérum physiologique ou de l’eau de mer suffisent souvent, si cela est fait rapidement pour enrayer la propagation des virus. Intervenez donc dès que possible.

L’âge de l’enfant est très important pour adapter le médicament sans effets néfastes : toute pastille est contre-indiquée en dessous de 6 ans (pour éviter « les fausses routes »). Les anesthésiques locaux sont à utiliser avec précautions et pas plus de 5 jours chez l’enfant entre 6 et 12 ans pour éviter des risques d’effets toxiques des anesthésiques de contact. Ces précautions sont identiques pour les formes en spray à ne donner qu’aux enfants après 12 ans. Les antiseptiques locaux comme l’héxétidine sont autorisés à partir de 30 mois et la chlorhexidine à partir de 3 ans. Les suppositoires de sels de bismuth ne sont autorisés qu’à partir de 6 ans. Il faut en même temps traiter la fièvre éventuelle, donner à boire régulièrement des liquides doux et froids comme yaourts et glaces et veiller à humidifier l’air de la chambre à coucher. Bien évidemment, en cas de gêne respiratoire, la consultation auprès du médecin est impérative et urgente.

Attention lorsqu’un enfant fait une laryngite, toujours consulter car elle peut évoluer en épiglottite avec risque d’étouffement.

Des traitements pour les grands

La phytothérapie sera utile pour simplement adoucir des gorges irritées par des gargarismes d’infusions de sauge. Avec seulement une légère fièvre (inférieure à 38°C) votre pharmacien met à votre disposition divers traitements externes ciblés, tous à base d’antiseptiques, d’antibiotiques, d’anesthésiques et d’extraits de plantes. Des collutoires qui désinfectent rapidement les différentes parties de la gorge, des pastilles à sucer, pratiques à emporter, à noter que la succion permet aussi d’augmenter la production de salive qui a des propriétés immunitaires, antimicrobiennes et anti-inflammatoires. En cas d’angine, la consultation est impérative, non pas pour la maladie elle-même, mais pour ses complications (articulaires, rénales ou cardiaques) qui peuvent survenir. Le traitement de votre médecin sera alors antibiotique.

En pratique

Vous devez veiller à bien vous couvrir. Les enfants sont très sensibles alors ne les laissez pas sortir sans bonnet, écharpe et gants. Éviter des changements brusques de température, c’est inutile de surchauffer votre habitation, 18 à 20 degrés, cela suffit. Vous pouvez purifier l’air ambiant en ajoutant à l’humidificateur quelques gouttes d’essence de plantes recommandées par votre pharmacien. Une cure préventive de Vitamine C avant l’hiver vous rendra plus résistants aux attaques des autres virus et microbes. Et bien sûr, laissez les cigarettes de côté !

Soigner avec l’homéopathie

L’homéopathie est une médecine douce stimulant l’organisme d’une façon personnalisée, en aidant à conserver la forme et traverser les saisons délicates en soignant le mal par le mal à des doses extrêmement diluées. Contre le mal de gorge, des spécialités tels que Homéogène 9, Homéovox pour la voix sont efficaces ainsi que la Teinture Mère de Calendula en gargarisme.

– Les granules doivent fondre sous la langue pour une meilleure diffusion.
– Prenez les médicaments homéopathiques loin des repas.
– Gardez un moment en bouche les gouttes homéopathiques pour qu’elles puissent agir.
– Conservez votre traitement homéopathique au frais, à l’écart des autres médicaments.

Attention, il ne faut pas cumuler les produits : choisir soit un collutoire, soit des pastilles avec un anesthésique mais pas les deux ! Vous risquez un surdosage si vous prenez chacun à la posologie maximum. À noter que pour les diabétiques des formules sans sucre existe pour chaque forme. L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) a demandé l’arrêt de la commercialisation en France d’une série d’antibiotiques locaux utilisés contre les maux de gorge ou les rhinites.

Josette Prim